Tidoou a aimé...
Nature morte de Louise Penny
**** (4/5)

 

J'aime les romans policiers dans lesquels je n'arrive pas à trouver le coupable avant l'enquêteur.

C'est le cas ici de celui-ci. Dans ce polar, tous les suspects sont tellement gentils… ou presque ! Petit séjour dans un village à l'allure tranquille et au peuple sympathique …

 

La quatrième de couverture de mon exemplaire de poche :

 

Un dimanche d'automne, le jour se lève sur le charmant village québécois de Three Pines, et les maisons reprennent vie peu à peu. Toutes, sauf une... La découverte dans la forêt du cadavre de Jane Neal bouleverse les habitants de la petite communauté. Qui pouvait bien souhaiter la mort de cette enseignante à la retraite, peintre à ses heures, qui a vu grandir tous les enfants du village et dirigeait l'association des femmes de l'église anglicane ?

L'inspecteur-chef Armand Gamache, de la Sûreté du Québec, est dépêché sur les lieux. Il ne croit guère à un accident de chasse. Au cours de sa longue carrière au sein de l'escouade des homicides, il a appris à se méfier des apparences. Tandis que ses adjoints procèdent aux premiers interrogatoires, il s'abstrait du tumulte, s'assied sur un banc, clans le parc du village, s'imprègne des lieux et fait ce qu'il sait faire le mieux : il observe. Alors, lentement, à force d'attention, la perfection du tableau s'estompe. Des craquelures d'abord invisibles lézardent le vernis, l'œil averti devine les retouches, les coupables repentirs, les inavouables repeints. Bientôt, la fresque idyllique livrera ses terribles secrets...

Avec ce premier volet des enquêtes de l'inspecteur-chef Armand Gamache, Louise Penny a concocté un roman plein de charme, de subtilité et d'humour, dans la plus pure tradition des grands maîtres de la littérature policière.

 

On trouve tout d'abord dans ce roman une ambiance de petit village de la cote Est de l'Amérique du Nord que j'adore. Ayant quelques accointances avec le Canada, j'ai aimé y retrouver ces expressions québécoises (Tabarnac ! Crisse ! ), ces noms de magasins qu'on ne connaît pas en Belgique (Canadian Tire, Tim Horton et j’en passe), mais j’ai aussi apprécié cette ambiance d’ancien village de bûcherons actuellement peuplés d'artistes que je ne connaissais pas particulièrement.

 

Et que demander de plus, l'action se déroule en automne... De quoi enflammer l'imaginaire du lecteur avec de belles représentations des forets d'érables aux couleurs chaudes et flamboyantes.

 

Autre aspect de la vie au Québec, on ressent également la tension entre francophones et anglophones qui règne toujours dans cette province. Nature morte se déroule à Three Pines, un village fictif des cantons de l'est principalement anglophone. Dédain des canadiens français, méfiance des canadiens anglais ; la différence est là mais ne constitue heureusement pas l'objet du récit.

 

Dans ce charmant petit village, la vie se déroule à un rythme calme. Même la Sûreté du Québec (la police nationale qui officie dans la province de Québec) ne semble pas à un jour près pour débusquer le meurtrier de Jane Neal. L'inspecteur chef Armand Gamache travail à l'ancienne mode : l'observation est son maître mot. Gamache est un homme discret qui ne brutalise pas les suspects mais les invite à parler.

Les autres personnages ne sont pas en reste : on appréciera (ou pas) la présence de l’agente Nichole, jeune policère inexpérimentée et orgueilleuse à s’en faire éclater la tête. J’ai envie de lire la suite des enquête de Gamache rien que pour savoir comment les choses vont se dérouler avec cette détestable femme.

Reste à découvrir le secret de Gamache… car il n’y a pas un seul inspecteur de roman policier qui n’ai pas son lot d’antécédents.


À noter également dans Nature morte : la mort est juste triste, pas angoissante. Cela change des ambiances morbides qu’on peut trouver dans certains polars nordiques, où l’auteur fait ressentir une chape de plomb sur les environs du meurtre. Ici nous sommes en présence d’un rythme différent, hors du temps, d’une enquête et d’un lieu à l’ancienne. Malgré l’apparente tranquilité, je me suis pourtant surprise à dévorer les pages de mon livre pour découvrir plus vite qui était l’assassin!

 

Un coup de coeur pour ce roman où je n’ai jamais découvert le suspect avant qu’on me le de dise, alors que la réponse était dans les premiers chapitres…

 

Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir!

 

 

---

Plus de critiques sur:

 

http://salon-litteraire.com/fr/roman/content/1804258-nature-morte-de-louise-penny-un-polar-au-rythme-quebecois

 

http://lapetitemarchandedeprose.hautetfort.com/archive/2013/03/28/nature-morte-de-louise-penny.html

 

http://leslecturesdeleo.blogspot.be/2013/05/nature-morte-louise-penny.html

 

http://lettres-expres.over-blog.com/article-louise-penny-nature-morte-106384514.html

 

---

Le site officiel de l’auteur

 

Site listant les romans des enquêtes de l’inspecteur Gamache, en VO (anglais)

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données