Tidoou a aimé...
L'école de la nuit de Deborah Harkness
**** (4/5)

Ce mois-ci, j'ai enfin pu lire la suite de cette trilogie intitulée en VO All souls, dont le premier tome s'intitule Le Livre perdu des sortilèges. On y retrouve la sorcière débutante Diana Bishop, fraîchement mariée à Matthew de Clermont, le vampire énigmatique. Petit rappel étant donné que je n'ai pas écrit sur ce premier tome...

 À découvrir dans les paragraphes suivants : le résumé du premier tome, déjà bien alléchant, et le second qui l'est encore plus. Voyage dans le temps, magie et rencontre de personnages historiques, ce roman réjouira amateurs de l'histoire secrète. Son côté romance devrait aussi bien plaire aux amateurs de Harry Potter et Twilight.

Le livre perdu des sortilègesDil'école de la nuitana est la descendante d'une lignée de sorcières remontant au 17e siècle. Sa magie ne s'étant jamais correctement exprimée, elle a laissé tomber la sorcellerie pour devenir professeur d'histoire de l'alchimie à l'Université de Yale. Lors de ses recherches, elle parvient à consulter un manuscrit de la Bibliothèque bodléienne, l'Ashmole 782... Sans savoir que celui-ci est convoité par de nombreux démons, sorcières et vampires. Y compris ceux de la Congrégation, l'assemblée qui dicte les lois de ces êtres. Malheureusement, l'Ashmole 782 ne peut plus sortir de sa réserve : il a été ensorcelé et ne peut plus en sortir.

Diana rencontre alors Matthew de Clermont qui cherche également l'Ashmole 782 pour des raisons assez obscures. De fil en aiguille, ils vont en arriver à se voir de plus en plus souvent, malgré la méfiance que se vouent les sorcières et les vampires ... et ils vont tomber amoureux l'un de l'autre, malgré l'interdiction de la Congrégation qui bannit toute relation "inter-races".

Je vous passe les détails, mais après deux meurtres, une séance de torture, la découverte des belles-familles respectives, ... Diana et Matthew vont se rendre à l'évidence : il faut protéger Diana de la colère de la Congrégation, lui apprendre à maîtriser sa magie, et retrouver l'Ashmole 782. Et pour ce faire, la sorcière devra être capable, grâce à ses pouvoirs, de se rendre en 1590 en compagnie de Matthew.

Nous voilà arrivés au début du Tome 2, L'École de la nuit.

Trève de blabla, je passe à la quatrième de couverture:

"Diana Bishop, jeune historienne héritière d’une puissante lignée de sorcières, et le vampire Matthew Clairmont ont brisé le pacte qui leur interdisait de s’aimer. Quand Diana a découvert un manuscrit alchimique à la bibliothèque d’Oxford, elle a déclenché un conflit millénaire. La paix fragile entre les vampires, les sorcières, les démons et les humains est désormais menacée.
Déterminés à percer le mystère de l’Ashmole 782, le manuscrit perdu, et tentant d’échapper à leurs ennemis, Diana et Matthew ont fui à Londres… en 1590. Un monde d’espions et de subterfuges, qui les plonge dans les arcanes du passé de Matthew et les confronte aux pouvoirs de Diana.
Et à l’inquiétante École de la nuit."

Je n'ai pas très bien compris pourquoi l'éditeur francophone tenait tant à insister sur l'École de la nuit, que ce soit dans la quatrième de couverture ou dans le titre. En effet, le titre en VO est Shadow of the night, l'Ombre de la nuit, ce qui est très compréhensible quand on lit ce roman. Je n'ai pas trouvé que L'École de la nuit, telle qu'elle figure dans le récit, y était des plus importantes.

Deborah Harkness nous explique dans son roman que ces termes désignent un "groupe légendaire de radicaux, philosophes et libres penseurs" qui comporte des personnalités élisabéthaines plus ou moins connues, telles Kit Marlowe ou Walter Raleigh.

Mais soit, ce questionnement ne m'a pas vraiment empêchée d'apprécier ce livre.

Tout d'abord parce que la bibliothécaire que je suis jubile énormément à lecture de ces passages où Diana découvre la bibliothèque de son beau-père, ou encore celle du Docteur Dee. Ou encore quand Matthew lui montre le premier système de classement de documents au monde. Et puis les livres,  toujours les livres … Ce mystérieux manuscrit, l'Ashmole 781, dont la légende existe bel et bien, et le manuscrit Voynich, dont le mystère est évoqué.

Bien sûr, mon amour pour les bibliothèques poussiéreuses risque de ne pas se transmettre via ces lignes, mais il fallait vraiment que j'en parle!

Noces alchymiques

Second bon point pour L'École de la nuit : Deborah Harkness maîtrise très bien son sujet. Cette dame, professeur d'histoire à l'Université de Californie du Sud, a déjà écrit deux documentaires : un sur John Dee, l'alchimie et la cabbale, l'autre sur la science dans Londres à l'époque de la reine Élisabeth.
On trouve ici un récit plus étoffé que dans Le Livre perdu des sortilèges, qui se déroule à notre époque et qui sort très peu du cadre autour de nos héros.

Et puis, le voyage dans le temps avec ses paradoxes est toujours un sujet qui passionne par ses possibilités infinies de questionnement. Matthew et Diana essayent de ne pas modifier les grandes lignes de l'histoire… En vain! Leur arrivée au 16e siècle avec leurs connaissances de ce qui va arriver présente de grands risques.

Le côté apprentissage n'est pas en reste dans ce roman, avec un petit côté Harry Potter lorsque Diana se lance dans l'alchimie ou lorsqu'elle apprend à maîtriser sa magie.

Je n'ai heureusement pas que du bien à dire de ce livre, qui est aussi par moments une romance à l'eau de rose entre une sorcière et un vampire (tiens donc…) que l'auteur n'a pas su (ou pas voulu) éviter. Suivons l'air du temps, et créons donc une histoire d'amour forcément impossible entre un vampire et une "sang-chaud". La pauvre demoiselle se retrouve évidemment en détresse, et après un moment de faiblesse, elle se rappelle qu'elle a un caractère bien trempé et des pouvoirs qui vont lui permettre de s'en sortir sans appeler son super chéri au secours.
C'est la seule chose que je peux reprocher à l'École de la nuit : être par épisodes un Twilight en plus adulte. Mode de la bit-lit oblige…

 

PS: Vous allez penser que mes cotes ne varient pas beaucoup... C'est le cas tout simplement parce que je choisis des livres dont je sais qu'ils me plairont!

---
L'École de la nuit, de Deborah Harkness, chez Calmann-Lévy, 2012.

Le premier tome de la trilogie
All Souls sera prochainement adapté au cinéma. Le projet est en cours…

 ---
Quelques critiques :

http://lilibouquine.blogspot.be/2013/05/lili-bouquine-lecole-de-la-nuit-de.html

http://unjourunlivre.blogspot.be/2012/10/deborah-harkness-lecole-de-la-nuit.html

http://www.babelio.com/livres/Harkness-Le-Livre-perdu-des-sortileges/247330/critiques

http://linadriel.blogspot.be/2013/02/lecole-de-la-nuit-de-deborah-harkness.html

(attention aux spoilers!!!)

---
Le wiki Alls souls trilogy (anglais)
Le site de l'auteur

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données